Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du SE-UNSA 971 COMMUNICATION
  • Le blog du SE-UNSA 971 COMMUNICATION
  • : Le SE UNSA GUADELOUPE met à la disposition de ses adhérents et de ses sympathisants les informations syndicales nationales, académiques et départementales de l'Académie de la Guadeloupe ( mouvements, promotions,...)
  • Contact

Adhérez au SE


Le SE-UNSA ne vit, ne peut vous informer, agir, s’opposer et proposer que grâce aux cotisations de ses adhérents.

Soyez solidaires ; n’hésitez pas à nous rejoindre !

Il n’est jamais trop tôt pour adhérer !


Cliquez ici!

CLIQUEZ ICI POUR ADHEREZ 

Modalités pour le nouvel adhérent

 

1)      Le collègue intéressé remplit son bulletin d'adhésion en ligne comme auparavant

2)      Il choisit le mode de paiement par carte bancaire (le choix par chèque ou par prélèvements fractionnés reste possible)

3)      Il est redirigé sur un site sécurisé où il saisit son numéro 16 chiffres de carte bancaire et son cryptogramme

4)      Après validation il reçoit un mél de confirmation lui indiquant les coordonnées de sa section de rattachement (s'il a indiqué une adresse électronique) et est redirigé vers l'accueil de notre site


 

Recherche

Contacts

Pour nous écrire,
cliquez ici.971@se-unsa.org

Profil de Se-unsa Guadeloupe
Profil Facebook de Se-unsa Guadeloupe

Archives

EVENEMENTS DU SE-UNSA

SE unsa guadeloupe 

* MUTATION INTRA *

http://4.bp.blogspot.com/-etgJcFWaP4A/UZsGmL--DzI/AAAAAAAARDM/FKOUXm9lhWo/s320/%253D%253Fiso-8859-1%253FQ%253FUne-Enqu%253DEAte-30k_copie-763805.png%253F%253D

http://www.se-unsa.org/squelettes/images/nego.png

8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 08:00

Les décrets n° 2013-914 et n° 2013-915 du 11 octobre 2013, ont modifié les conditions d’affectation des jeunes, âgés de plus de 15 ans et de moins de 18 ans, aux travaux règlementés susceptibles de dérogation.
Les dérogations concernent désormais les lieux de formation, elles deviennent donc collectives. Leur durée de validité est portée à trois ans. Ces mesures auraient dû permettre des simplifications.
Mais la circulaire d’application interministérielle du 23 octobre 2013 a imposé de nouvelles obligations pour les chefs d’établissement et les entreprises.

Le chef d’établissement doit :

  • s'assurer que l'employeur qui accueille des élèves en stage a bien obtenu l'autorisation de dérogation et qu'elle est bien visée dans la convention de stage
  • obtenir sa propre dérogation pour son lycée

L'employeur et le chef d'établissement doivent s'assurer que le jeune s'est bien vu délivrer un avis médical préalable par le médecin scolaire assurant que son état de santé est compatible avec les travaux nécessaires à sa formation professionnelle.

Quelles conséquences sur l’enseignement et les élèves ?

Un nombre conséquent d’entreprises refusent de rentrer dans ce processus de demande de dérogation et compte tenu de leur responsabilité, des chefs d’établissement ne signent pas les conventions de stage. Viennent s’ajouter à cela, les délais d’attente pour obtenir les dérogations et la visite médicale obligatoire que doivent faire passer les médecins scolaires, insuffisamment nombreux.
Cela réduit d’autant les possibilités de partir en stage et met en difficulté des élèves pour effectuer leur PFMP. L’obtention du diplôme peut par conséquent être remise en cause.

Par ailleurs, l’enseignement connaitra pour certaines formations, des difficultés de mise en œuvre. La réglementation qui vise à protéger les élèves mineurs peut venir percuter les exigences des référentiels et des pratiques pédagogiques des lycées généraux, technologiques et professionnels.

Le SE-Unsa réclame un moratoire sur les dispositions induites par la circulaire interministérielle, en l’attente de l’élaboration de nouvelles dispositions compatibles avec les contraintes de chacune des parties prenantes dans ce dossier. 

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PROFESSIONNEL
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 00:44

Une étude menée par la Depp(*) fait état d’un temps de travail moyen de 41h17 pour les enseignants du second degré avec une pointe à près de 43h par semaine pour les certifiés. Pourtant, d’après les décrets datant de 1950, le service des enseignants se limite aux heures de cours. Il est temps de mettre le droit en cohérence avec les faits et de reconnaître officiellement tout le travail effectué au-delà des heures élèves. Les préparations et corrections représentent près de 40% du temps effectif. S’y ajoutent ensuite les temps passés avec la communauté éducative. Il peut s’agir de rencontres avec les parents mais aussi de réunions au sein de l’établissement. Là encore, cela n’est pas officiellement reconnu et c’est pourtant bien réel ! Les enseignants ont tout à gagner à la «vérité des prix».

Pour le SE-Unsa, il faut faire correspondre les textes avec la réalité et les évolutions du métier, dont le travail en équipe, qui doivent faire l’objet d’une prise en compte formelle. Si le ministère veut que les enseignants se consacrent davantage à certaines missions, il devra faire en sorte que des temps soient prévus dans les actuelles obligations de service.

 

(*) Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance.

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PROFESSIONNEL
commenter cet article
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 20:00

L’interfédérale fonction publique UNSA-CFDT-CFTC-CGC-CGT-FAFPT-FSU- Solidaires a décidé d’organiser une semaine d’action du 9 au 13 décembre pour dénoncer le blocage des salaires et la baisse du pouvoir d’achat. Seule FO n’a pas donné son accord.

Les organisations syndicales appellent les agents des trois versants de la Fonction publique à se mobiliser et à organiser dans la semaine du 9 au 13 décembre 2013 des actions locales pour sensibiliser l’opinion publique et alerter les responsables publics, élus locaux et parlementaires.

Les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGC, CGT, FAFPT, FSU, Solidaires et UNSA exigent une autre politique salariale dans la Fonction publique.

Elles dénoncent une situation de plus en plus dégradée :

En 2011, les salaires moyens ont baissé dans la Fonction publique : -0,1 % dans le versant État, -0,8 % dans le versant territorial et -0,6 % dans le versant hospitalier.

Cette conséquence désastreuse n’est pas un fait isolé car la politique d’austérité qui perdure et concerne les millions d’agents de la Fonction publique s’avère chaque année plus pénalisante : les bas salaires se multiplient, près d’un agent sur 5 touche une rémunération proche du SMIC et les déroulements de carrière sont souvent inexistants.

Ce ne sont ni les mesures d’urgence pour la catégorie C dont la portée reste très limitée ni la négociation à venir sur les « parcours professionnels, les carrières et les rémunérations » qui pourront répondre à l’impérieuse nécessité de mesures salariales d’ampleur pour 2014.

Les organisations syndicales de la fonction publique revendiquent donc :

  Des mesures générales, notamment par l’augmentation de la valeur du point, pour assurer la progression du pouvoir d’achat (et lutter contre l’érosion des carrières) ;

  Une meilleure reconnaissance des compétences et des qualifications ;

  Une amplitude réelle des carrières.

 

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PROFESSIONNEL
commenter cet article
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 02:51

http://www.se-unsa.org/UserFiles/Image/indemniteCCF_art.pngLe Décret n°2010-1000 du 26 août 2010 institue une indemnité au bénéfice des enseignants exerçant dans les lycées professionnels (sauf pour l’EPS) qui préparent, organisent et procèdent à l’évaluation par contrôle en cours de formation des acquis des élèves.

Voici donc 3 ans que cette indemnité existe. Les proviseurs perçoivent une dotation du rectorat à cet effet et sont chargés de faire remonter les noms des bénéficiaires et les sommes attribuées. Force est de constater que le pire côtoie le meilleur et que la transparence est très aléatoire dans l’information, le calcul et les remontées aux rectorats.

Pour le SE-Unsa :

  • la mise œuvre de cette indemnité doit se faire conjointement avec le chef d'établissement et les collègues de chaque équipe pédagogique.
  • chaque établissement doit disposer d'une fiche pour chacun des diplômes concernés distinguant chaque épreuve ou sous-épreuve afin que ces fiches puissent être complétées par chaque équipe pédagogique.
  • chaque collègue doit disposer d’une fiche individuelle à remettre au chef d'établissement et de la circulaire rectorale.

Le SE-Unsa exige une clarification :

  • du paiement des épreuves qui s'évaluent sur 2 années scolaires ;
  • de la notion de division afin que les collègues qui interviennent sur des regroupements de sections de spécialités différentes ne soient pas pénalisés.

N'hésitez à réclamer ce qui vous est dû et à contacter votre section du SE-Unsapour vous soutenir dans votre démarche.

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PROFESSIONNEL
commenter cet article
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 01:01

Dans les collèges et les lycées, les élections aux Conseils d’administration devront avoir lieu avant le 19 octobre 2013.
Le CA est un organe décisionnel qui peut avoir une influence considérable dans l’établissement.

Le vote de la DHG touche directement les classes, les effectifs, les postes d’enseignants. Le budget comprend les crédits pédagogiques, les moyens dédiés aux projets etc.

Au-delà de ces missions, le CA doit aussi se prononcer sur les voyages scolaires, le programme de l’AS, le règlement intérieur…

Pour les enseignants et les personnels de Vie Scolaire, être présents au CA permet de peser sur la vie de l’établissement. Il suffit de 2 candidats pour présenter une liste « SE-Unsa ». N’hésitez pas !

http://www.se-unsa.org/UserFiles/Image/publications/divers/2013/CA_ELUS_2013.jpg

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PROFESSIONNEL
commenter cet article
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 11:53

unsa-education.jpgLe gouvernement met un terme au départ en apprentissage des jeunes de moins de 15 ans. L’apprentissage junior et l’ouverture du Dispositif d’initiation aux métiers en alternance aux moins de 15 ans sont supprimés. Pour le SE-Unsa, c’est une mesure de justice sociale, de protection des plus jeunes et un premier pas vers une scolarité commune jusqu’à 16 ans dans l’attente d’un collège enfin accueillant à tous.

Tous les syndicats de l’Unsa-Education ont approuvé ces suppressions. Sans surprise, le MEDEF a voté contre (alors que les entreprises ne veulent pas d’apprentis aussi jeunes !). Plus étonnant, le vote contre de FO, SUD et la CGT ! Sans doute fallait-il maintenir ces dispositions iniques en attendant le Grand Soir ! Quant aux SNES, SNEP, SNUEP, SNUIPP et autres SNALC, ils se sont abstenus. Comprenne qui pourra !

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PROFESSIONNEL
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 11:06

affiche lycée se unsa guadeloupe 2013A l’issue du Mouvement intra, nombre de collègues, surtout parmi les plus jeunes, deviennent TZR. C’est une affectation plus souvent subie que choisie. Fréquemment, la zone de remplacement est la seule solution pour espérer accéder à certains départements ou agglomérations.

 

Pour les néo-TZR, le résultat du mouvement intra n’est pas un aboutissement mais un point de départ. Dès le mois de juillet, de nouvelles commissions fixeront les établissements de “rattachement administratif” (RAD). C’est cet établissement qui leur de servira de résidence administrative et qui gèrera leur dossier. Certains collègues auront également connaissance d’une affectation à l’année (AFA) dans un établissement.

Une nouvelle série d’affectations sera prononcée juste avant la rentrée. Il pourra s’agir soit d’affectations à l’année, soit de remplacement de courte ou moyenne durée.

 

Les collègues TZR sans affectation, devront effectuer leur pré-rentrée dans leur établissement de rattachement.
Les remplacements de courte ou moyenne durée donnent droit au versement d’une indemnité journalière : l’ISSR(1), dont le montant dépend de la distance entre le RAD et les établissements d’affectation. Les TZR, à l’année, eux, doivent toucher des frais de déplacement sur le même principe.

 

Dans tous les cas, les TZR ont des droits, ils doivent être respectés. Pour vous aider à y voir plus clair dans cette fonction difficile, le SE-Unsa a réalisé un Mémo TZR. N’hésitez pas à le demander à votre section.

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PROFESSIONNEL
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 17:26

affiche lycée se unsa guadeloupe 2013Le passage à la hors-classe est un changement de grade. Il est prononcé au 1er septembre, avec reclassement en fonction de l’indice de la classe normale. Le reclassement est prononcé à l’échelon de hors-classe correspondant à l’indice égal ou immédiatement supérieur de celui détenu en classe normale.

Pour les certifiés, les PLP, CPE et Professeurs d’EPS, la correspondance est :

  • 7ème échelon de la classe normale (Indice 495) => 1er échelon de la Hors-classe (Indice 495)
  • 8ème échelon de la classe normale (Indice 531) => 2ème échelon de la Hors-classe (Indice 560)
  • 9ème échelon de la classe normale (Indice 567) => 3ème échelon de la Hors-classe (Indice 601)
  • 10ème échelon de la classe normale (Indice 612) => 4ème échelon de la Hors-classe (Indice 642)
  • 11ème échelon de la classe normale (Indice 658) => 5ème échelon de la Hors-classe (Indice 695)

Pour les agrégés, c’est : 

  • 7ème échelon de la classe normale (Indice 635) => 1er échelon de la Hors-classe (Indice 658)
  • 8ème échelon de la classe normale (Indice 684 ) => 2ème échelon de la Hors-classe (Indice 696)
  • 9ème échelon de la classe normale (Indice 734) => 3ème échelon de la Hors-classe (Indice 734)
  • 10ème échelon de la classe normale (Indice 783) => 4ème échelon de la Hors-classe (Indice 783)
  • 11ème échelon de la classe normale (Indice 821) => 5ème échelon de la Hors-classe (Indice 821)

Le reclassement prend également en compte l’ancienneté acquise dans l’échelon. Si on passe alors à la hors-classe avec 1 an d’ancienneté dans son échelon, cette année est reportée dans le nouvel échelon. Lorsque cette ancienneté est suffisante pour atteindre l’échelon suivant de la hors-classe, le passage est automatique.

Ainsi, un collègue certifié, PLP, CPE ou PEPS promu alors qu'il est au 11e échelon avec 3 ans d’ancienneté dans l’échelon passera immédiatement au 6e échelon de la hors-classe (pour les agrégés : 4 ans pour atteindre le 1er chevron). Dans ce cas-là, l’ancienneté dans l’échelon est remise à zéro.

Par la suite, il n’y a qu’un seul rythme de promotion au sein de la hors-classe :

Pour les Certifiés, PLP, Profs d'EPS et CPE

  • Du 1er au 2e : 2 ans et 6 mois
  • Du 2e au 3e : 2 ans et 6 mois
  • Du 3e au 4e : 2 ans et 6 mois
  • Du 4e au 5e : 2 ans et 6 mois
  • Du 5e au 6e : 3 ans
  • Du 6e au 7e : 3 ans

Pour les Agrégés

  • Du 1er au 2e : 2 ans et 6 mois
  • Du 2e au 3e : 2 ans et 6 mois
  • Du 3e au 4e : 2 ans et 6 mois
  • Du 4e au 5e : 2 ans et 6 mois
  • Du 5e au 6e  : 4 ans
  • du chevron 1 au chevron  2 : 1 an
  • du chevron 2 au chevron 3 : 1 an

 

Voir aussi : les traitements indiciaires par échelon

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PROFESSIONNEL
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 17:28

LOGO SE-UNSA GUADELOUPE PLPUn projet de loi relatif à l’apprentissage sera présenté dans les mois à venir. Il s’agit pour 2017 de passer de 420000 à 500000 apprentis, en améliorant leur accompagnement et en redéployant des moyens sur les premières qualifications de niveau V et IV.

D’une part, des aides seraient apportées aux jeunes pour leur permettre de trouver plus facilement une entreprise d’accueil, des lieux d’hébergement et leur faciliter les transports. D’autre part, une révision de la répartition de la taxe d’apprentissage est envisagée. Il s’agit d’augmenter la partie dite « quota », réservée exclusivement à l’apprentissage afin de favoriser les CAP et bacs Pro.

Si le premier aspect est louable, le second est très inquiétant. Un décret de 2011 a déjà acté une augmentation progressive du « quota » qui doit atteindre 59% en 2015. L’augmenter à nouveau mettrait sérieusement en péril les budgets pédagogiques des formations technologiques ou professionnelles sous statut scolaire largement alimentés par la partie « hors quota » de la taxe d’apprentissage.

Par ailleurs, près de 50% des CAP se font en déjà en apprentissage qui est privé pour l’essentiel. Une abondance de moyens sur ces CAP aurait pour conséquence une concurrence exacerbée avec ceux sous statut scolaire déjà mis à mal ces dernières années.

Pour le SE-Unsa, la promotion de l’apprentissage ne peut se faire au détriment des formations sous statut scolaire et de la qualité du service public d’enseignement professionnel.

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PROFESSIONNEL
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 16:18

http://www.se-unsa.org/squelettes/images/decouverte.png80 euros : c'est le prix unique pour toute nouvelle adhésion au SE-Unsa, du 10 mars au 10 mai 2013. Si l'on ajoute la récente mesure fiscale de crédit d'impôt de 66% pour les cotisations syndicales, il est facile et peu cher d'adhérer, dès aujourd'hui, au SE-Unsa. Vous pouvez adhérer en ligne en quelques clics seulement !

Grâce au bouquet-adhérent, vous :

  • recevrez notre magazine mensuel L'Enseignant, à domicile, ainsi que tous les suppléments et hors série qui concernent votre corps/catégorie
  • serez abonné(e) automatiquement à nos lettres électroniques pour rester connecté(e) avec l'actualité éducative
  • bénéficierez des conseils et de l'aide de nos représentants départementaux et académiques, véritables relais de proximité concernant votre carrière
  • aurez droit à des offres exclusives : invitations, billets gratuits, réductions sur des voyages ou des abonnements…

N'hésitez plus : rejoignez le SE-Unsa et partagez cette offre découverte avec vos collègues !

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PROFESSIONNEL
commenter cet article

Contacts

Météo

outils webmaster
 Bienvenue en Guadeloupe!