Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du SE-UNSA 971 COMMUNICATION
  • Le blog du SE-UNSA 971 COMMUNICATION
  • : Le SE UNSA GUADELOUPE met à la disposition de ses adhérents et de ses sympathisants les informations syndicales nationales, académiques et départementales de l'Académie de la Guadeloupe ( mouvements, promotions,...)
  • Contact

Adhérez au SE


Le SE-UNSA ne vit, ne peut vous informer, agir, s’opposer et proposer que grâce aux cotisations de ses adhérents.

Soyez solidaires ; n’hésitez pas à nous rejoindre !

Il n’est jamais trop tôt pour adhérer !


Cliquez ici!

CLIQUEZ ICI POUR ADHEREZ 

Modalités pour le nouvel adhérent

 

1)      Le collègue intéressé remplit son bulletin d'adhésion en ligne comme auparavant

2)      Il choisit le mode de paiement par carte bancaire (le choix par chèque ou par prélèvements fractionnés reste possible)

3)      Il est redirigé sur un site sécurisé où il saisit son numéro 16 chiffres de carte bancaire et son cryptogramme

4)      Après validation il reçoit un mél de confirmation lui indiquant les coordonnées de sa section de rattachement (s'il a indiqué une adresse électronique) et est redirigé vers l'accueil de notre site


 

Recherche

Contacts

Pour nous écrire,
cliquez ici.971@se-unsa.org

Profil de Se-unsa Guadeloupe
Profil Facebook de Se-unsa Guadeloupe

Archives

EVENEMENTS DU SE-UNSA

SE unsa guadeloupe 

* MUTATION INTRA *

http://4.bp.blogspot.com/-etgJcFWaP4A/UZsGmL--DzI/AAAAAAAARDM/FKOUXm9lhWo/s320/%253D%253Fiso-8859-1%253FQ%253FUne-Enqu%253DEAte-30k_copie-763805.png%253F%253D

http://www.se-unsa.org/squelettes/images/nego.png

7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 13:22

La ministre vient de présenter les grandes lignes de la refondation de l'évaluation dans la scolarité obligatoire. On y trouve des évolutions intéressantes mais aussi des dispositions qui interrogent sur la profondeur de cette refondation.

Ce qu'on sait :

Le suivi régulier des acquis des élèves

  • Au cycle 1, un carnet de suivi des apprentissages est institué, dont la forme est laissée entièrement à l’initiative des équipes de cycle. Un bilan synthétique à la fin du cycle 1 reprend les 5 grandes entrées des programmes et une rubrique « apprendre et vivre ensemble ». Il indique, sur des points importants, ce que l'élève ne réussit pas encore et ce qu’il réussit souvent.
  • A l’école primaire, les équipes sont tenues de rendre compte à intervalles réguliers des acquis des élèves au moyen de « bulletins de suivi de période ». Le positionnement des élèves se fait dans une échelle de niveaux à 4 positions en référence aux attendus des programmes.
  • Au collège, même obligation avec le choix offert aux équipes d’utiliser les notes ou un autre système de positionnnement.
  • A la fin de chaque cycle, un bilan est établi en référence aux 4 composantes du domaine 1 et aux 4 autres domaines du socle sur une échelle à 4 niveaux (maîtrise insuffisante / fragile /Satisfaisante /très bonne). A la fin du cycle 4, ce bilan devient une attestation du niveau de maitrise du socle.

Le Diplôme National du Brevet

1) Niveau de maîtrise des 8 composantes/domaines du socle

400 points maxi ( 8X50) = ces points sont attribués en fonction du niveau de maîtrise

Il faut 350 points pour obtenir le DNB.

Les mentions sont maintenues.

2) 3 épreuves d’examen :

- une épreuve orale portant sur un EPI ou un parcours

-une épreuve écrite Frcs-HG-EMC

-une épreuve écrite maths-phys-SVT-Techno

300 points maxi (3x100)

Un bonus de 20 points maxi est attribué aux élèves qui ont suivi un enseignement de complément en fonction de leur niveau de maîtrise.

Ce qu’on en pense au SE-Unsa

Les propositions ministérielles indiquent une volonté de faire du socle commun la référence pour le DNB. Pour autant, on ne sort pas complètement du double système notes/positionnement. Les équipes attachées à la notation traditionnelle pourront la conserver au quotidien. Toutefois, en fin de cycle, elles devront positionner les élèves sur des niveaux de maîtrise. La clé de la réussite résidera dans les outils qui seront mis (ou pas) à leur disposition pour les aider à positionner objectivement les élèves. Sans un travail de didactisation plus poussé des compétences des programmes, le risque est grand de ne changer que le vocabulaire sans modifier l’évaluation en profondeur.

Le SE-Unsa demande une cohérence des outils de suivi des élèves au sein de chaque cycle et en particulier au sein du cycle 3, ce que le projet présenté par la ministre ne garantit pas.

Quant à l’alourdissement des épreuves terminales du DNB, nous en craignons les effets négatifs sur les démarches et les contenus enseignés en classe de 3ème.

Enfin, une cérémonie républicaine n'a de sens que si elle associe TOUS les élèves à la fin de la scolarité obligatoire. Une cérémonie qui ne concernerait que les élèves ayant obtenu le DNB serait vécue comme une exclusion supplémentaire par les plus de 100 000 élèves qui échouent au DNB chaque année.

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PREMIER DEGRE SECOND DEGRE
commenter cet article
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 13:06

Alors que la carte pétition du SE-Unsa lancée en 2011 pour obtenir la création de l’ISAE avait recueilli 35 000 signatures en un an et demi, notre pétition électronique «Pour une ISAE à 1200 euros» a rassemblé 35 000 signatures en 1 mois seulement.

Cette mobilisation est le signe d’une adhésion collective à voir se concrétiser la reconnaissance d'une équité de traitement 1er/2ndd egré concernant des tâches comparables, à savoir le suivi et l’accompagnement des élèves.

50 000 signatures : c’est l’objectif visé pour montrer à la Ministre toute la détermination des collègues.

Alors, pour y arriver, signez et faites signer la pétition.

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PREMIER DEGRE
commenter cet article
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 08:09

Un questionnaire sur le projet des programmes maternelle est actuellement soumis aux enseignants de maternelle. Pour que les programmes soient ancrés dans le réel, les équipes doivent absolument s’en emparer. Il est important notamment de faire remonter les besoins en outils professionnels et d’accompagnement.

Une demi-journée banalisée est consacrée à cette consultation. Les ATSEM peuvent y participer.  

Le SE-Unsa s’est minutieusement penché sur ce nouveau projet de programmes et vous livre quelques points de repère :

  • mise en avant de la «place primordiale du développement du langage oral», comme le préconisaient les enseignants      
  • «préparation progressive et proportionnée aux capacités des enfants, aux apprentissages de la lecture et de l’écriture»

L’école maternelle est présentée en tant que cycle unique et fondamental pour la réussite de tous, adaptée aux jeunes enfants. Elle présente des modalités spécifiques d’apprentissage et repose sur l’éthique et le professionnalisme des enseignants. Les programmes sont décomposés en sept grands domaines présentés selon un schéma clair :
• définition générale du domaine d’apprentissage,
• objectifs visés pour les élèves et éléments de progressivité,
• conditions et moyens pour permettre aux élèves de réussir,
• les attendus de fin de cycle.

Des documents d’accompagnement viendront étayer ces programmes.
L’objectif d’une école juste pour tous et exigeante pour chacun est pousuivi. C’est dès l’école maternelle qu’il importe de s'attaquer aux inégalités de réussite scolaire.
Il nous semble, au SE-Unsa, que les propositions vont dans la bonne direction en insistant sur l’équilibre entre apprentissage et développement personnel, en valorisant la recherche et le tâtonnement, et en développant une approche de l’évaluation au service de l’apprentissage.
Mais c’est bien à chaque enseignant, professionnel expérimenté et expert, de donner un avis éclairé sur ce projet en s’appuyant sur une réflexion collective avec ses collègues du cycle 1. De l’investissement de tous dans la consultation dépendra la qualité des programmes et la réussite des élèves comme des enseignants.

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PREMIER DEGRE
commenter cet article
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 01:34

La deuxième réunion du chantier-métier Conseillers pédagogiques du 1er degré s'est tenue le 3 décembre.

Les discussions ont porté sur les fiches du Ministère modifiées après la 1ère réunion de travail, avec deux éléments majeurs :

  • la précision de la définition du temps de travail
  • la revalorisation

 

Voir le compte-rendu en PJ.

 

A voir aussi...

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PREMIER DEGRE
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 01:09

La deuxième réunion de discussions du chantier formateurs s’est tenue lundi 2 décembre. Cette réunion a confirmé pour l’essentiel le projet du ministère dans les grandes lignes sans apporter les précisions attendues. Pour le SE-Unsa, ces précisions sont pourtant nécessaires pour pouvoir porter une appréciation globale.


Le  ministère prévoit de :

  • créer une fonction de professeur formateur académique (PFA).
  • rassembler dans une circulaire commune le fonctionnement des PEMF et des PFA
  • mettre à plat les éléments de rémunération avec une symétrie entre les formateurs du premier et du second degré.


Si le SE-Unsa est en accord avec ces trois objectifs, il continue de :

  • juger insuffisantes les décharges des PEMF et PFA, compte tenu des missions importantes
  • de déplorer l’absence de chiffrage précis des éléments de rémunération
  • de demander la déclinaison concrète des différents types de tutorat.

Retrouvez en PJ les projets de textes soumis à la discussion et les points essentiels à retenir.

A LIRE AUSSI...

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PREMIER DEGRE
commenter cet article
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 00:19

Les chantiers-métiers sont en train de se terminer pour la majeure partie des enseignants du 1er degré.

Une catégorie a toutefois été oubliée : les animateurs/formateurs TICE qui oeuvrent au quotidien auprès des directeurs et des équipes pédagogiques mais aussi en appui aux circonscriptions voire aux Espé…

Le SE-Unsa saisit le Ministre pour que des discussions s'ouvrent enfin (voir courrier en PJ).

A lire la lettre à PEILLON aussi...

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PREMIER DEGRE
commenter cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 00:17

Le comité national de suivi des rythmes doit rendre un rapport d’étape au ministre. Dans une lettre à la présidente de ce comité, le SE-Unsa réaffirme ses préconisations centrées sur les équipes pédagogiques :

  • Les conseils d’école doivent être entendus

Lorsque localement la nouvelle organisation de la semaine est arrêtée, il est difficile par la suite de dépasser les oppositions pour réussir la mise en œuvre.

Le SE-Unsa rappelle le rôle de proposition des conseils d’école et demande que les Dasen invitent systématiquement les conseils d’école et les municipalités à reprendre les discussions en cas de propositions différentes.

  • Du temps pour les enseignants et les directeurs

Les enseignants et tout particulièrement les directeurs sont au cœur du fonctionnement de l’école. Il faut leur donner du temps dans la phase d’élaboration du projet comme au moment de sa mise en route.

Le SE-Unsa demande que du temps concertation soit à nouveau libéré cette année pour les écoles entrant dans la réforme en 2014 et que le mois de septembre soit allégé au maximum de remontées de projets divers, d’enquêtes et des réunions ou animations pédagogiques.

  • Information des familles par les Mairies

L’organisation de l’école est modifiée. Les horaires changent et ne sont pas nécessairement identiques chaque jour. Un nouveau temps, destiné à tous les enfants et placé sous l’égide de la municipalité, apparaît.  Autant de nouveaux repères à prendre pour les familles. Le SE-Unsa demande que les municipalités s’astreignent à réunir les familles sur l’organisation, les modalités d’inscription et les contenus des temps d’activités périscolaires.

  • L’organisation quotidienne avec les enseignants et directeurs

Au moment de la mise en route, les équipes enseignantes aident les élèves à se repérer, répondent aux questions des familles, gèrent le partage d’espaces et parfois aident à trouver des adaptations de dernière minute.

Le SE-Unsa demande que les Municipalités informent et consultent les équipes sur l’organisation quotidienne.

 

A lire aussi...

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PREMIER DEGRE
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 00:56

Alors que le ministère a enfin répondu à la demande d'un groupe de travail spécifique, le SE-Unsa a multiplié les rencontres avec les conseillers pédagogiques du premier degré pour discuter sa feuille de route dans ces discussions.

La participation  aux  journée de l’ANCP en octobre a été une nouvelle occasion pour écouter, échanger et construire avec les conseillers pédagogiques. Pour le SE-Unsa l’ouverture de ce chantier attendu depuis si longtemps est un rendez-vous crucial !

Pour le SE-Unsa, les discussions devront s’ouvrir sur :

  • les missions et leur recentrage sur le plan « pédagogique »
  • la nécessaire revalorisation financière. Le SE-Unsa défendra notamment une revalorisation indiciaire
  • le temps de travail et le besoin de bornes
  • la reconnaissance des compétences et l’accès à la 4e mention de Master proposée par les ESPE en ingénierie de la formation
  • les perspectives de carrière.

En écho aux résultats de l’enquête menée au sein de l’association, le SE-Unsa a présenté ses réflexions appuyées sur des cadres existants dans l'Education Nationale.  En termes de bornes au temps de travail, l’actuelle organisation du service des CPE (conseillers principaux d’éducation) est exemple à observer avec ses 38 semaines annuelles. La rémunération et l'avancement des directeurs d’écoles d’applications sont un autre exemple à citer pour les déroulement de carrière.

Le chantier consacré aux conseillers pédagogiques devrait s’ouvrir à partir du 25 novembre. Suivez les discussions : http://www.se-unsa.org/spip.php?rubrique922

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PREMIER DEGRE
commenter cet article
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 00:58

Dans le cadre des différents chantiers métier, le ministère a ouvert un chantier formateurs premier et second degrés. Il souhaite étendre au second degré « le métier de formateur » afin de renforcer la dimension professionnelle dans la formation initiale et continue. En parallèle, il souhaite revisiter la situation des formateurs du premier degré. Enfin, ce chantier vise également une remise à plat des différents types de tutorats.

 

Le SE-Unsa vous informe des échanges de la 1ère réunion qui s’est tenue vendredi 22 novembre.

 

  1. Le ministère souhaite créer dans le second degré une fonction de professeur formateur académique (PFA).  Cette fonction serait assise sur une certification à l’image du cafipemf (certificat d’aptitude aux fonctions de professeur des écoles maître formateur). Le cafipemf serait lui-même revu. Contenu et modalités d’obtention de ces certifications feront l’objet de discussions ultérieures.

 

L’avis du SE-Unsa : Il est absolument nécessaire de faire entrer les professionnels de terrain dans la formation délivrée par les Espé. La certification répond à cet enjeu de reconnaissance de leurs compétences par l’Espé. Pour le SE-Unsa, l’acquisition de cette certification doit se faire dans le cadre des Espé pour être accompagnée d’une part, et avoir une valeur universitaire d’autre part. Cette certification doit donner lieu à une délivrance d’ECTS (crédits pouvant être pris en compte dans la validation d’un diplôme) pour accéder, par la suite, au master MEEF 4ème mention, ingénierie de la formation. Pour ceux qui possèdent déjà le Cafipemf, un accompagnement à la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) devra être proposé dans les Espé.

 

  1. Le PFA serait chargé d’assurer des formations tant dans le cadre des Espé que dans le cadre des plans académiques de formation. Il animerait un réseau de tuteurs.

Il disposerait d’un allègement de service de 3 heures en moyenne, à définir en fonction des besoins.

La fonction du PFA serait reconnue par une indemnité de certification.

Le PFA pourrait assurer lui-même le tutorat d’un stagiaire et percevoir alors, l’indemnité de tutorat qui s’ajouterait à l’indemnité liée à la certification.

 

L’avis du SE-Unsa : Cet allègement de service de 3h sera insuffisant et fera peser une pression démesurée sur les PFA qui conserveront l’essentiel de leur service d’enseignement.

De plus, la formulation « 3h en moyenne en fonction des besoins »  doit être revue car elle fait planer des inquiétudes supplémentaires.

 

  1. Les missions, modalités de fonctionnement, décharges et indemnités actuelles des PEMF seraient reprises dans une nouvelle circulaire commune aux premier et second degrés.

Pour leurs missions, il s’agit de participer à la formation initiale dans la cadre des Espé, à la formation continue dans la cadre des plans départementaux de formation, d’assurer le tutorat de fonctionnaires stagiaires. La mission d’accueil et accompagnement des étudiants (M1) en stage pourrait être confiée à des tuteurs.Le réseau de tuteurs serait alors animé par des PEMF.

Le ministère souhaite conserver la décharge d’enseignement actuelle de 6h et répondre aux besoins par l’augmentation du nombre de postes de PEMF

 

L’avis du SE-Unsa : La charge de travail est très importante pour les PEMF. En maintenant l’existant, la question de la décharge ne pourra pas être considérée comme définitivement réglée. Se pose également la question de la gestion globale des PEMF afin que les différentes missions soient réparties.

 

  1. Les fonctions de PFA et PEMF seraient rémunérées sur des bases identiques : une indemnité de certification sur la base de l’actuelle indemnité 408 du premier degré (ndlr : 834.12 €) et une indemnité de tutorat de fonctionnaire stagiaire : 1000€

Chaque PEMF aurait systématiquement en charge le tutorat d’un stagiaire et donc cumulerait les deux indemnités.

Chaque PFA aurait la possibilité de prendre en charge le tutorat d’un stagiaire et donc de cumuler les deux indemnités.

 

L’avis du SE-Unsa : Un alignement des rémunérations des PEMF et PFA est une bonne chose mais ces rémunérations mériteront d’être revalorisées.

 

  1. La fonction de tuteur est conservée. Elle désigne l’accompagnement de 3 publics : Emplois d’Avenir Professeurs, étudiants en stage, professeurs et CPE stagiaires.

Dans le premier degré, les tuteurs d’EAP et d’étudiants (M1) en stage ne seraient pas nécessairement des PEMF. En revanche, dans le second degré, la majorité des tuteurs de fonctionnaires stagiaires ne seraient pas des PFA. Ils seraient alors accompagnés par les PFA.

Les rémunérations des différents tutorats seraient revues. 

 

L’avis du SE-Unsa : Ce sujet doit être approfondi. Il s’agit bien évidemment de mettre à plat les rémunérations mais aussi les fonctionnements. Actuellement, ces trois types de tutorat sont très différents et se caractérisent non seulement par un manque criant d’explicitations du rôle et de la mission du tuteur mais aussi par un déficit d’accompagnement et de formation. Les tuteurs doivent être en lien direct avec l’institution et les Espé.

 

La prochaine réunion aura lieu le 2 décembre. Le ministère devrait reprendre l’ensemble des points suite aux échanges qui ont eu lieu lors de la première réunion ; mais aussi aborder les questions de formation (certification, VAE, accès au master).

 

Retrouvez l’ensemble des chantiers métiers : http://www.se-unsa.org/spip.php?rubrique922

 

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PREMIER DEGRE
commenter cet article
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 20:25

Les lignes bougent.

Pour le SE-Unsa, les premières propositions ministérielles d’entrée en discussion étaient insuffisantes. S’il y avait bien des points positifs, deux absences sautaient aux yeux : pas de volet indemnitaire, trop peu d’avancées concernant le temps donné aux directeurs d’école pour assumer leurs missions (en dehors de la dispense ou la diminution de l’APC pour certaines catégories de directeurs). Voir le compte-rendu ici.

Enfin du neuf sur l’indemnitaire, depuis 2011 !

La mobilisation du SE-Unsa, lors de la 1ère réunion de travail et par la suite auprès du Cabinet du ministre, a permis de faire évoluer la situation.
Dans sa 2ème fiche de propositions, il envisage enfin d’augmenter l’ISS de direction. 89 % des directrices et directeurs d’écoles seraient concernés :

  • 1 à 3 classes : + 66 % soit  + 200 €
  • 4 classes : + 133 % soit + 400 €
  • 5 à 9 classes : + 22 % soit + 100 €

La somme ainsi consacrée à ces augmentations atteignant globalement 8 millions d’€.
 
L’ISS part variable s’établira alors ainsi :

  • Groupe 1 à 3 cl : 500 € / an
  • Groupe 4 à 9 cl : 700 € / an
  • Groupe 10 cl et plus : 900 €

À noter, la volonté réaffirmée de prolonger le protocole d’accord signé en 2006 par le SE-Unsa qui visait, concernant le régime des décharges, à faire glisser les 4 classes dans le groupe supérieur. C’est une même logique qui est ici mise en œuvre sur l’ISS.

Gagner sur du temps supplémentaire !
Si le SE-Unsa se félicite d’avoir réussi à progresser sur l’ISS, cela ne peut être qu’un point d’étape.
Sur le temps de décharge, rien n’a changé depuis 2006 et peu de choses ont évolué depuis une semaine. Si le ministère semble sensible aux arguments, pas grand chose de concret n’apparaît. Pour le SE-Unsa, le prochain cycle de négociations devra permettre de chercher et trouver des marges de progrès. D’ores et déjà, il poursuit les échanges et s’y emploie.
Les directeurs des plus petites écoles, qui n’ont pas de temps de décharge, doivent être prioritaires. Le SE-Unsa a revendiqué dès le début qu’un jour de décharge par mois leur soit attribué (quitte à ce qu’ils soient en partie regroupés à la rentrée ou au moment des inscriptions). Ces journées doivent être obligatoires et non pas laissées à la libre administration des DASEN.
De plus, le SE-Unsa a défendu une amélioration des décharges pour les 7, 8, et 9 classes, ainsi que pour les écoles qui ont des classes spécialisées.

Enfin, le SE-Unsa revendique que l’aide administrative soit renforcée.

Toutes les directrices et tous les directeurs d’école doivent bénéficier d’un temps d’assistance aux tâches administratives.
Les améliorations obtenues montrent l’efficacité du travail engagé.

Inscrit dans une logique de dialogue social, le SE-Unsa continue à agir et tentera d’obtenir d’autres améliorations utiles aux directrices et directeurs d’école.

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PREMIER DEGRE
commenter cet article

Contacts

Météo

outils webmaster
 Bienvenue en Guadeloupe!