Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du SE-UNSA 971 COMMUNICATION
  • Le blog du SE-UNSA 971 COMMUNICATION
  • : Le SE UNSA GUADELOUPE met à la disposition de ses adhérents et de ses sympathisants les informations syndicales nationales, académiques et départementales de l'Académie de la Guadeloupe ( mouvements, promotions,...)
  • Contact

Adhérez au SE


Le SE-UNSA ne vit, ne peut vous informer, agir, s’opposer et proposer que grâce aux cotisations de ses adhérents.

Soyez solidaires ; n’hésitez pas à nous rejoindre !

Il n’est jamais trop tôt pour adhérer !


Cliquez ici!

CLIQUEZ ICI POUR ADHEREZ 

Modalités pour le nouvel adhérent

 

1)      Le collègue intéressé remplit son bulletin d'adhésion en ligne comme auparavant

2)      Il choisit le mode de paiement par carte bancaire (le choix par chèque ou par prélèvements fractionnés reste possible)

3)      Il est redirigé sur un site sécurisé où il saisit son numéro 16 chiffres de carte bancaire et son cryptogramme

4)      Après validation il reçoit un mél de confirmation lui indiquant les coordonnées de sa section de rattachement (s'il a indiqué une adresse électronique) et est redirigé vers l'accueil de notre site


 

Recherche

Contacts

Pour nous écrire,
cliquez ici.971@se-unsa.org

Profil de Se-unsa Guadeloupe
Profil Facebook de Se-unsa Guadeloupe

Archives

EVENEMENTS DU SE-UNSA

SE unsa guadeloupe 

* MUTATION INTRA *

http://4.bp.blogspot.com/-etgJcFWaP4A/UZsGmL--DzI/AAAAAAAARDM/FKOUXm9lhWo/s320/%253D%253Fiso-8859-1%253FQ%253FUne-Enqu%253DEAte-30k_copie-763805.png%253F%253D

http://www.se-unsa.org/squelettes/images/nego.png

17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 06:29

LOGO SE-UNSA GUADELOUPE PLPLa voie professionnelle est peu affectée par l’augmentation (voulue) du nombre d’élèves passant en seconde GT. Les effectifs en LP semblent stabilisés par l’afflux d’élèves qui redoublaient auparavant ou qui sortaient du système éducatif. En revanche, le positionnement du CAP, qui concurrence parfois la seconde pro, soulève des interrogations. Les inspecteurs généraux pointent le manque d’information des professeurs principaux de 3ème. On peut l’admettre mais il est vraisemblable que le passage en seconde pro pour un cursus en trois ans, avec un risque d’échec, puisse faire peur à certains élèves, qui préfèreraient s’assurer un diplôme en deux ans.

Au SE-Unsa, nous avons toujours dit que le cycle en 3 ans vers le bac professionnel ne doit pas être présenté comme « le cycle de référence » mais comme un parcours possible.  Plus gênant, le taux de passage de seconde en première pro n’est que d’environ 80 %. Le rapport est clair : « le nombre de jeunes sortant du système scolaire a augmenté » ! On peut seulement espérer que sur les élèves ne passant pas en première, un grand nombre d’entre eux rejoignent une autre formation (apprentissage…). C’est bien là le gros point noir de la réforme !

Par ailleurs, trouver des terrains de stages pour les élèves est une bataille de tous les instants. Les entrants de bacs pro 3 ans sont plus jeunes et ce n'est pas sans poser problème. Dans le même temps beaucoup d'entreprises doivent faire face à des sollicitations croissantes et sont d'autant plus frileuses pour les accueillir.

Les nouveautés pédagogiques prévues par la réforme sont décortiquées et le constat est souvent sans appel.
Des progrès dans l’organisation de l’accompagnement personnalisé en seconde sont soulignés mais la « mise en œuvre reste fragile » et « les effets  ne sont pas encore évalués ». Après deux ans d’expérience, le seul point positif est que ce dispositif « génère des échanges et une réflexion commune extrêmement positifs ».
Les inspecteurs reconnaissent que « les enseignements généraux liés à la spécialité peinent à exister ». L’explication donnée est qu’ils n’ont pas été soutenus par une dynamique nationale ou académique. Ces heures ont, en fait, été récupérées pour assurer « un rôle d’amortisseur des effets de la réforme via les dédoublements consentis ». Pouvait-il en être autrement ? On peut douter qu’un pilotage efficace ait pu permettre de faire mieux, tant les conditions budgétaires des dernières rentrées ont été difficiles.
Le processus de certification intermédiaire ajoute de la complexité à une rénovation déjà multidimensionnelle. Il est grand temps que des procédures d’harmonisation soit mises en place par les corps d’inspection pour lever les doutes persistants sur la pertinence de ce diplôme intermédiaire.

Les critiques des inspecteurs confirment souvent ce que nos collègues PLP nous disent depuis 2009. Pour le SE-Unsa, le nouveau ministre doit remettre en chantier la voie professionnelle.

Partager cet article

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans PROFESSIONNEL
commenter cet article

commentaires

Contacts

Météo

outils webmaster
 Bienvenue en Guadeloupe!