Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du SE-UNSA 971 COMMUNICATION
  • Le blog du SE-UNSA 971 COMMUNICATION
  • : Le SE UNSA GUADELOUPE met à la disposition de ses adhérents et de ses sympathisants les informations syndicales nationales, académiques et départementales de l'Académie de la Guadeloupe ( mouvements, promotions,...)
  • Contact

Adhérez au SE


Le SE-UNSA ne vit, ne peut vous informer, agir, s’opposer et proposer que grâce aux cotisations de ses adhérents.

Soyez solidaires ; n’hésitez pas à nous rejoindre !

Il n’est jamais trop tôt pour adhérer !


Cliquez ici!

CLIQUEZ ICI POUR ADHEREZ 

Modalités pour le nouvel adhérent

 

1)      Le collègue intéressé remplit son bulletin d'adhésion en ligne comme auparavant

2)      Il choisit le mode de paiement par carte bancaire (le choix par chèque ou par prélèvements fractionnés reste possible)

3)      Il est redirigé sur un site sécurisé où il saisit son numéro 16 chiffres de carte bancaire et son cryptogramme

4)      Après validation il reçoit un mél de confirmation lui indiquant les coordonnées de sa section de rattachement (s'il a indiqué une adresse électronique) et est redirigé vers l'accueil de notre site


 

Recherche

Contacts

Pour nous écrire,
cliquez ici.971@se-unsa.org

Profil de Se-unsa Guadeloupe
Profil Facebook de Se-unsa Guadeloupe

Archives

EVENEMENTS DU SE-UNSA

SE unsa guadeloupe 

* MUTATION INTRA *

http://4.bp.blogspot.com/-etgJcFWaP4A/UZsGmL--DzI/AAAAAAAARDM/FKOUXm9lhWo/s320/%253D%253Fiso-8859-1%253FQ%253FUne-Enqu%253DEAte-30k_copie-763805.png%253F%253D

http://www.se-unsa.org/squelettes/images/nego.png

14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 02:20

http://www.se-unsa.org/squelettes/images/se_social.pngSuite aux États généraux sur la sécurité à l’école, le ministère de l’Éducation nationale a réalisé deux enquêtes (une de victimation et l’autre sur le climat des collèges) dont il tire deux conclusions :

  • 93% des collégiens déclarent se sentir bien dans leur établissement
  • Un degré d'exposition à la violence globalement stable, des disparités sensibles entre établissements

Ceci n’est pas forcément inattendu...

Plus intéressante, est l’annexe rédigée par Eric Debarbieux, président de l’observatoire international de la violence à l'École. Après être revenu sur la méthode des enquêtes et ce qui les a motivées, l’auteur détaille les résultats puis en tire quelques pistes d’actions.

Il confirme que la grande majorité des élèves (92,5 %) déclare se sentir “plutôt bien” ou “tout à fait bien” dans leur collège. Même si les 7,5 % qui restent ne sont pas quantité négligeable, il constate justement que que “bien peu de services publics et d’institution pourraient se targuer d’un tel degré de satisfaction chez leurs usagers”. Reste un problème important, celui des “punitions” qui apparaissent injustes à 32 % des collégiens (plus de 36 % en RAR dont 13 % très injustes). Par ailleurs, comme toutes les enquêtes de victimation (y compris internationales) le montrent depuis longtemps, le sentiment d’insécurité existant dans les collèges résulte principalement de petits incidents fréquents (violence verbale et petits vols). Le sentiment d'extrême brutalité qui transparaît à travers certains faits divers très médiatisés n’est absolument pas confirmé par ces enquêtes. En revanche, ces petits incidents fréquents aboutissent chez certains élèves à se sentir harcelés (environ 6 % déclarent subir un harcèlement très sévère), ce qui peut provoquer de l'absentéisme. Il est à noter, que les enseignants sont très rarement pointés comme agresseurs. Les châtiments corporels et les violences verbales sont rarement signalés et les agressions sexuelles perpétrés par des personnes d’éducation sont très rares (ouf !NDLR). Autre conclusion intéressante : le fait d’être scolarisé dans un établissement de l’éducation prioritaire n’aggrave pas massivement le sentiment d’insécurité et dans ces établissements, la relation aux enseignants parait sensiblement équivalente aux autres établissements.

Suite à ces constatations, Eric Debardieux donne quatre pistes d’action :

  1. La sécurisation des bâtiments (avec de la vidéosurveillance par ex) n’aura que peu d’effet sur la violence scolaire puisque celle-ci est d’origine interne aux établissements. La réponse devra être avant tout pédagogique.
  2. La priorité doit être la lutte contre les petites violences quotidiennes et le harcèlement (entre élèves) qu’elles génèrent. Cette lutte prendra nécessairement du temps et les “effets d’annonce” ne résoudront rien.
  3. Le climat scolaire ne s’améliorera qu’en résorbant les violences répétées. Le travail sur le vivre-ensemble est donc fondamental.
  4. Un travail sur la “justice scolaire” s’avère nécessaire, notamment dans les collèges de l’éducation prioritaire.

En conclusion, ces enquêtes constituent des données intéressantes qui devront être complétées par d’autres enquêtes auprès des personnels, enseignants ou non. Des enquêtes plus fines concernant quelques établissements ciblés permettront d’aller plus loin dans l’analyse des phénomènes de violences scolaires.

L’avis du SE-Unsa : les pistes d’actions dégagées par Eric Debardieux sont intéressantes et vont à l’encontre des discours sécuritaires bien dans l’air du temps. Il insiste sur la nécessité de réponses pédagogiques qui s’élaboreront nécessairement dans la durée. Encore faut-il pour que ces solutions fonctionnent, que les collèges disposent d’équipes d’enseignants et de vie scolaire stables et bien formées, aux effectifs suffisants. Il est aussi indispensable que ces équipes disposent de temps pour se concerter. Évidemment, cela coûterait sans doute un peu plus cher que l’installation de quelques caméras de video-surveillanceinutiles.

Partager cet article

Repost 0
Published by SE-UNSA 971 COMMUNICATION - dans EDUCATION
commenter cet article

commentaires

Contacts

Météo

outils webmaster
 Bienvenue en Guadeloupe!